04. octobre 2022 · Commentaires fermés sur « Reine de coeur » de Akira Mizubayashi · Catégories: Actualités, Lu, vu, entendu

Dans son oeuvre, Akira Mizubayashi est musicien de la transmission.
Entre Mizumé, jeune alto de l’orchestre symphonique de Paris , Otohiko, écrivain de l’histoire de son grand-père, et la rencontre de Jun et Anna soixante-dix ans plus tôt, se tisse l’Histoire. Celle de la guerre, des guerres, d’une violence monstrueuse, du ravage des civilisations, de la perte des corps et de l’âme, de cette folie meurtrière qui brise tant de vies, pour rien. Celle aussi d’êtres séparés, déchirés.
De la France au Japon, sautant une génération, l’auteur met en musique une histoire d’amour brisé, retracée des années plus tard par les petits-enfants grâce à un journal retrouvé, un livre publié: un récit de vie sauvegardé.
Sans oublier ces pages magnifiques qui traduisent une oeuvre musicale en scènes de guerre d’une intensité et d’un réalisme inouïs.
Akira Mizubayashi, c’est l’émotion discrète japonaise teintée de profondeur française, c’est le mélange des langues et des cultures, c’est la présence incontournable de la musique, c’est la passation d’une génération à l’autre qui induit ce que nous sommes…
Lu et présenté par Myriam

« C’est à l’âge de cinquante-neuf ans que j’ai écrit mon premier livre en français, dans cette langue venue d’ailleurs que j’ai faite mienne tardivement, c’est-à-dire dix-neuf ans après ma naissance dans une ville de province dans le nord du Japon. Je suis né au Japon de parents japonais ; j’ai grandi au Japon, j’ai toujours vécu au Japon. Mais un jour j’ai décidé d’entrer dans la langue de Rousseau. J’ai alors quitté ma ville, Tokyo, pour quelques années d’études universitaires d’abord à Montpellier, ensuite à Paris. Aujourd’hui, j’habite à Tokyo. Je n’habite pas la France ; ce n’est pas la France que j’habite, c’est la langue de ce pays que j’habite. «  Akira Mizubayashi

Pour le rencontrer, c’est ICI

Commentaires fermés.