13. décembre 2022 · Commentaires fermés sur A propos de transmission… · Catégories: Actualités

Ce 29 novembre dernier, l’APA (Association pour l’autobiographie) fêtait ses 30 ans d’existence. (ICI) Nous y étions représentés par notre amie Catherine: belle occasion de rappeler ce qu’est cette association et ce qui nous la rend si proche…

« Vous avez entre les mains un texte autobiographique : journal personnel, correspondance, récit, histoire familiale… Vous désirez que ce texte inédit soit conservé. L’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA) l’accueille et le met en valeur dans ses archives vivantes.

L’association pour l’autobiographie reçoit des documents inédits de toutes les époques : originaux ou photocopies, manuscrits, tapuscrits, livres auto-édités, etc. L’ensemble des documents qu’elle détient offre un panorama humain d’une grande richesse.

Si vous déposez vos textes à l’APA, ils seront accueillis dans le respect absolu des souhaits des auteurs et des déposants.

Les textes seront lus par des groupes de lecture et feront l’objet d’un écho de lecture qui vous sera adressé.

Ils seront conservés aux archives municipales d’Ambérieu en Bugey, capitale de l’autobiographie.

Ils seront accessibles (sauf avis contraire de votre part) au public et aux chercheurs ».

C’est ainsi que l’APA, résume sa raison d’être et ses missions.

Tout a commencé il y a trente ans, lorsque Philippe Lejeune, universitaire spécialiste de l’autobiographie (notamment de Jean-Jacques Rousseau, de Michel Leiris, et de Georges Perec), à la recherche d’écrits autobiographiques du 19ème siècle, fut inondé de témoignages …du 20ème siècle, provenant d’auteurs bien vivants et parfaitement inconnus au bataillon de l’édition littéraire…D’ailleurs littéraires, pour la plupart, ces textes ne l’étaient pas. Mais émouvants oui, presque toujours ! Alors que faire de ce flot débordant ?

Après avoir exploré de nombreuses pistes, et grâce au hasard de bonnes rencontres, il fut décidé de créer une association pour recueillir, lire et conserver ces textes anonymes en quête de reconnaissance.

Dès sa naissance l’APA énonce clairement son projet :

« Dans une société saturée de mécanismes de sélection et d’exclusion, nous voulons créer un lieu d’écoute et d’accueil. Nous avons comme une nostalgie de 68 ou de vieilles idées évangéliques ou démocratiques un peu naïves. Nous laissons venir à nous toutes les autobiographies », déclare Philippe Lejeune en souriant.

Tous les textes envoyés à l’association seront donc lus « en sympathie », et la règle de bienveillance à l’égard des auteurs est posée d’emblée.

Aussitôt créée, l’APA se dote d’une revue, La Faute à Rousseau qui, trois fois par an, présente un dossier thématique, informe sur l’actualité autobiographique en France et dans le monde, propose des critiques, des reportages, des témoignages. Et publie chaque année, un recueil des comptes rendus de lecture des textes déposés dans l’année écoulée, le Garde-Mémoire.

Des tables rondes sur un thème autobiographique ont lieu chaque année à Paris

Des matinées du journal présentent des extraits de journaux d’écrivains et d’anonymes

Des journées de l’autobiographie réunissent pour un week-end des auteurs, des chercheurs et des adhérents de l’association et des curieux.

Vous l’avez compris, l’APA est y une association loi de 1901, qui « milite pour la reconnaissance de la démarche autobiographique et la préservation de son patrimoine. »

Vous voulez en savoir plus ? Peut-être déposer un texte, il vous suffit de vous rendre sur le site : http://autobiographie.sitapa.org
Article proposé par Catherine S.

Pour information, notre association est abonnée à la revue La faute à Rousseau: les nombreux numéros sont thésaurisés dans « la valise », accessibles à tous les adhérents…

Commentaires fermés.