web analytics
16. juin 2020 · Commentaires fermés sur L’arbre à histoires ! · Catégories: Recueils, Remedes

Nous vous avons proposé en avril une écriture à plusieurs et à distance, pour construire un arbre à histoires …

Cet arbre a déjà bien grandi ; vous pouvez le découvrir ci-dessous, et n’hésitez pas à poursuivre l’écriture de l’une ou de plusieurs de ses branches si vous êtes tentés et à nous les envoyer. Nous rajouterons ces écritures en fin d’été.

Bonne lecture !

cliquez sur l’image pour lire le recueil
∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

30. mai 2020 · Commentaires fermés sur Partage d’un instant… · Catégories: Remedes

Proposé par Ruth

M u s i q u e

Jeudi 21 mai, arrivée dans l’exquise campagne toute chaude de soleil. On s’affaire dedans et dehors en compagnie du coucou.

Après le repas du soir, de la terrasse, je crois entendre des cloches ; un service divin?

Peut-être, c’est l’Ascension. Puis on dirait une chorale dominant le son des cloches… qui chanterait sur le parvis, peut-être aussi en louange pour tous les soignants encore en action covid 19 ?

La torpeur tiède de la nuit m’enveloppe face au tilleul devenu gigantesque et dans le murmure des bruissements de la forêt.

Mais qu’entends-je soudain venant du plus haut des profondeurs… un concert de hululements comme jamais encore entendu, à vous couper le souffle !

Glorieuse et belle nature !

Ruth

=========================================================

24. mai 2020 · Commentaires fermés sur une nouvelle pour le dimanche · Catégories: Remedes

Merci à Benoît…

Le briquet

           Charlie ne se séparait jamais de son briquet, il aimait offrir du feu, surtout aux femmes. Elles allumaient leur cigarette à sa flamme, il jetait un œil à leur regard, y percevait de la brillance quand il y en avait.

       «Ce briquet c’est mon porte-bonheur, ma mère me l’a offert, elle ne me voulait que du bien, alors… » Sa mère lui avait offert pour ses quarante ans, elle était morte le lendemain d’un cancer foudroyant. Trois jours après à l’enterrement, il s’en était servi pour allumer les cierges de la cathédrale.

Lire la suite...

_____________________________________________________________________

17. mai 2020 · Commentaires fermés sur drôle de poème pour un dimanche · Catégories: Remedes

Déniché par Anne-Marie…

Pour s’amuser un peu

Les problèmes des boulangers sont croissants,
Alors que les bouchers veulent défendre leur beefsteak,
les éleveurs de volailles se font plumer,
les  éleveurs de chiens sont aux abois,
les pêcheurs haussent le ton !
Et bien sur, les céréaliers sont « sur la paille ».
Par ailleurs, alors que les brasseurs sont sous pression,
les viticulteurs trinquent .
Heureusement, les électriciens résistent.
Mais pour les couvreurs, c’est la tuile et
certains plombiers prennent carrément la fuite.
Dans l’industrie automobile, les salariés débrayent,
dans l’espoir que la direction fasse marche arrière .
Chez EDF, les syndicats sont sous tension,
mais la direction ne semble pas au courant.
Les cheminots voudraient garder leur train de vie,
mais la crise est arrivée sans crier gare , alors …
Les veilleurs de nuit, eux, vivent au jour le jour.
Pendant que les pédicures travaillent d’arrache-pied,
les croupiers jouent le tout pour le tout,
les dessinateurs font grise mine,
les militaires partent en retraite, les imprimeurs dépriment
et les météorologistes sont en dépression….

______________________________________________________________

14. mai 2020 · Commentaires fermés sur remède du jeudi · Catégories: Remedes

Poème proposé par Hubert

De Federico Garcia Lorca

LE POÈTE ARRIVE À LA HAVANE

« Quand viendra la pleine lune, j’irai à Santiago de Cuba
J’irai à Santiago
Dans un coche d’eau noire.
J’irai à Santiago.

Les toits de palme chanteront
J’irai à Santiago.
Lorsque la palme veut être cigogne, J’irai à Santiago,

Et lorsque veut être méduse la banane, J’irai à Santiago.
J’irai à Santiago
avec la blonde tête de Fonseca.

J’irai à Santiago
Avec la rose de Romeo et Juliette
J’irai à Santiago
Mer de papier et pièces d’argent,
J’irai à Santiago.
Ô Cuba ! Ô rythme de graines sèches !
J’irai à Santiago.
Ô taille brûlante et goutte de bois !
J’irai à Santiago.
Harpe de troncs vivants. Caïman. Fleur de tabac. J’irai à Santiago.
J’ai toujours dit que j’irai à Santiago
Dans un coche d’eau noire.
J’irai à Santiago.
Brise et alcool dans les roues,
J’irai à Santiago.
Mon corail dans les ténèbres,
J’irai à Santiago
La mer noyée dans le sable,
J’irai à Santiago
Chaleur blanche, fruit mort,
J’irai à Santiago.
Ô bovine fraîcheur des champs de cannes !
Ô Cuba ! Ô courbe de soupir et de boue !
J’irai à Santiago.

_______________________________________________________

06. mai 2020 · Commentaires fermés sur le remède de mercredi · Catégories: Remedes

Proposé par Liliane

Trois Notes au piano
superbe montage réalisé par Liliane, André et Christiane

mis en ligne sur YouTube par le Centre Gutenberg

____________________________________________________________

Information importante de l’APA :

Les Journées de l’Autobiographie 2020 prévues du 19 au 21 juin à Ambérieu sont annulées et reportées en JUIN 2021

______________________________________________________

04. mai 2020 · Commentaires fermés sur Remèdes du lundi · Catégories: Remedes

Magnifique poème proposé par Hubert

L’enfant seul

Un mot
Demandait-il
Un mot et ce sera mon royaume

Un mot plus vaste que la nuit
Où le silence vous prend par la main

Un mot où poser son front
Comme à une vitre

Un mot où se pencher
Fenêtre sur le jardin

Un mot une forêt
Habitée du loup de la biche et de l’aube

Un mot où se perdre
Où prendre racine

Un mot
Disait-il
Un mot une parole
Plus vaste que le monde

J.P. Siméon

∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝

à écouter :

Un bel hommage au chanteur IDIR ce matin sur France Inter
_________________________________________________________________

et aussi … un livre des livres des tas de livres …
pour la belle vie !

_________________________________________________________________

02. mai 2020 · Commentaires fermés sur le remède de samedi… · Catégories: Remedes

Proposé par Marie

Un texte de Michel Pastoureau tiré de la revue Zadig

LE VERT DU PRINTEMPS
Par Michel Pastoureau

… Comme le dit avec grâce l’ancien français, à l’époque de la reverdie, la nature se met à avriler (fleurir)et les jeunes gens à fleureter (flirter). Dans les images, la couleur verte est alors omniprésente, notamment sur les vêtements comme si la société voulait être en accord avec la nature : toutes deux s’habillent de vert pour célébrer le retour des beaux jours. Au reste, dans cette période remplie d’allégresse, une journée joue un rôle plus important que toutes les autres : le premier mai.

            Ce jour-là, il faut s’amuser et porter le mai pour fêter l’arrivée du plus beau mois de l’année. « Porter le mai » consiste à afficher un élément de verdure : couronne de fleurs ou collier de feuilles, chapeau végétal, fougères ou rameaux accrochés aux vêtements. Ces derniers doivent être verts ou à dominante verte. Être pris sans vert, c’est-à-dire ne montrer sur soi aucun élément de cette couleur, conduit à recevoir un gage ou bien à être l’objet de moqueries.

Par une de ces facéties dont le lexique et la philologie sont coutumiers, il est un autre mot qui semble associer la couleur verte et le printemps : en latin classique comme en latin médiéval, le terme le plus courant pour nommer le printemps est ver, mot qui a laissé peu de traces en français moderne (primevère, vernal…). Son étymologie est controversée, mais la tentation est grande de le rattacher à la famille de l’adjectif viridis (vert) et d’admettre que le printemps est la saison verte par excellence. Certes, les règles de la phonétique semblent s’opposer à une telle filiation, mais pour la symbolique des couleurs, le lien entre le ver latin et le vert français paraît presque naturel.

____________________________________________________________

28. avril 2020 · Commentaires fermés sur remèdes du mardi… · Catégories: Remedes

écho du 20

20 avril 2020

Pluie bienfaisante,
la terre se gorge de pluie.
Depuis quelques temps
la pollution ne l’étouffait plus.
Platanes, pervenches, salades fraîchement plantées,
mésanges charbonnières,
frêles herbes au nom qui me sont  inconnus,
abeilles, escargots, vers de terre,
tous frémissent de plaisir.
Tous, ils respirent, ils sont vivants !

Pour la nature,
le confinement des humains est une bénédiction.
C’est la possibilité de Vivre.
Faudra t-il qu’elle fabrique d’autres virus
pour que l’homme retourne à sa place
d’une espèce parmi toutes les autres ?

Anne-Marie
============================================================

brise de mer –

sur le sable fin sans fin

l’âme de l’autre rive

Liliane

_______________________________________________________________________________

27. avril 2020 · Commentaires fermés sur une nouvelle comme remède… · Catégories: Remedes

Merci à Benoît de nous offrir ce bel écrit

Sacrée bagnole. 

             Au réveil d’une nuit paisible au fond d’un bois, Fred libéra une limace collée dans ses cheveux, pissa au pied d’un chêne, en écoutant un rossignol, et enroula son sac de couchage. Tranquille. Il avait toute la vie devant lui. Le temps était couvert, mais il avait plein de soleil dans le cœur. Il marcha au bord d’une départementale, en chantant « j’ai voyagé de Brest à Besançon, depuis la Rochelle jusqu’en Avignon… » (1)

        Dans son dos, il entendit un véhicule rugissant telle une bête fauve, se rapprocher à vive allure. Il eut à peine le temps de lever le pouce, qu’une Renault 12 Gordini placardée de pubs, stoppa net à sa hauteur…

Lire la suite...


———————————————————————————————

24. avril 2020 · Commentaires fermés sur le remède de vendredi… · Catégories: Remedes

Un grand merci à Nadine, Catherine, Anne-Marie, Liliane…
qui nous envoient de superbes photos pour embellir nos articles !

Nadine s’est laissée inspirer par le confinement !

Bon vivant

Je n’ai pas de goût pour la tristesse et aucun talent pour la mélancolie, d’ailleurs on dit de moi que je suis un bon vivant et pour sûr, je m’enorgueillis de l’être. Les mots épicurien et gourmand sont souvent associés à ma personne et je les cultive pour qu’ils m’enrobent, m’entretiennent, ils me le rendent bien. Je suis friand de rencontres, de repas entre amis et je n’hésite pas à ces occasions à pousser la chansonnette ou à dire haut et fort une fantaisie, boutade reprise par un public enchanté et rieur.
      C’est dire à quel point je n’étais absolument pas préparé à vivre ce qui suit : ……

Lire la suite...

∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝

22. avril 2020 · Commentaires fermés sur Un poème comme remède, de la danse aussi… · Catégories: Remedes

S’éveiller libre d’hier
Se réjouir de respirer
encore et encore
Remercier la pâquerette
qui elle aussi s’est réveillée
Écouter la petite musique
du café qui embaume l’air du matin
Se dire que quelque part, dans un ailleurs
d’autres hommes vont se coucher
et répondre à notre clin d’œil
Remercier le facteur
pour la lettre de l’aimé
Même s’il jure n’y être pour rien
Surveiller de près le pot au feu qui mijote
comme si c’était notre grand œuvre
S’intéresser à la voisine
qui, un jour, deviendra sympa

Et sauter, à pieds joints ou pas
à la découverte du jour qui s’ouvre.

Anne-Marie et Bernard

====================================================

Le ballet de l’Opéra de Paris
pour « Dire merci » une vidéo réalisée par C.Klapisch
sur la « Danse des chevaliers » de Prokofiev

=====================================================

18. avril 2020 · Commentaires fermés sur Des poèmes… comme remède · Catégories: Remedes

« Patient, patience,
Patience dans l’azur!
Chaque atome de silence
Est la chance d’un fruit mûr ! »

Paul Valéry


Le Zèbre

Cheval des ténèbres
lève le pied ferme les yeux
et fait résonner ses vertèbres
en hennissant d’un air joyeux
Au clair soleil de Barbarie
il sort alors de l’écurie
et va brouter dans la prairie
les herbes de sorcellerie
Mais la prison sur son pelage
a laissé l’ombre du grillage

Robert Desnos

∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝

15. avril 2020 · Commentaires fermés sur le remède de mercredi… · Catégories: Remedes

Nadine a pris sa plume…

– Regarde celle-là, on n’était pas loin du sommet quand la tempête de neige est tombée d’un coup alors que le mois de mai allait bientôt arriver. On ne voyait plus où poser nos pas.
– J’ai eu juste le temps de faire cette photo avant que…

Lire la suite...

∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝

12. avril 2020 · Commentaires fermés sur De beaux textes… · Catégories: Remedes

Textes proposés par Hubert

Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit
À pas de vent de loup de fougère et de menthe
Voleuse de parfum impure fausse nuit
Fille aux cheveux d’écume issue de l’eau dormante.
Après l’aube la nuit tisseuse de chansons
S’endort d’un songe lourd d’astres et de méduses
Et les jambes mêlées aux fuseaux des saisons
Veille sur le repos des étoiles confuses.
Sa main laisse glisser les constellations
Le sable fabuleux des mondes solitaire
La poussière de Dieu et de sa création
La semence de feu qui féconde les terres.
Mais elle vient la nuit du plus loin que la nuit
À pas de vent de mer de feu de loup de piège
Bergère sans troupeaux glaneuse sans épis
Aveugle aux lèvres d’or qui marche sur la neige.

Claude Roy

Photo: Michel Quiot (Alepe / association lozérienne pour l’étude et la protection de l’environnement)

La fleur d’orage

Mes amis, la peine est de ce monde ;
La peine est de ce monde, je le sais bien.
Comment deviner, sur la fragile branche,
Le nom des saisons à venir ?

La peine est de ce monde, ô mes amis que j’aime,
Mais chaque fleur d’orage porte la graine de demain.

Andrée Chédid

∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝∝

08. avril 2020 · Commentaires fermés sur À lire : « OSER » un texte de Jeanne Benameur · Catégories: Remedes

Texte spécialement écrit par l’auteure en écho de la situation actuelle :

JEANNE BENAMEUR, OSER
Vous le voyez, nous le voyons tous, ce qui a été préservé depuis des décennies, c’est une économie qui ne songe qu’au profit. C’est ainsi. Nous n’avons pas su ou pu enrayer cela, nous nous sommes trouvés impuissants devant les rouages bien huilés et parfois nous avons même contribué à faire tourner la roue pour vivre.
______________________________________________________________________________________
07. avril 2020 · Commentaires fermés sur remède pour un mardi de printemps… · Catégories: Remedes

Joëlle inspirée par…

Les 5 sens

Est-ce le printemps ou l’obligatoire confinement ? Mes sens sont plus que jamais en éveil.

Le matin, quand j’ouvre mes volets, je reçois en pleine figure des bouffées de senteurs grisantes ; les pittosporums en sont responsables. En plus de sentir bon ils sont beaux, couverts de fleurs blanches ou violettes. Les frésias blancs et jaunes sollicitent aussi et mon odorat et ma vue.

Et l’ouïe ? Elle n’est pas en reste ! Goélands, mouettes, tourterelles, pies, merles, rouges-gorges, m’offrent un joli concert ; les coqs et poules de mon voisin y entrent de bon cœur. En revanche, le coronavirus, en décrétant la fermeture de l’école proche, me prive du tintamarre des gamins, parfois gênant, mais tellement riche de vie et de jeunesse.

L’odorat, la vue, l’ouïe ; manquent à l’appel le goût et le toucher.

Comme nous ne pouvons pas nous déplacer pour aller au ciné, au musée, au restaurant, je remarque que Robert concocte encore plus de bons petits plats et j’en suis ravie ; tant mieux si je grossis un peu.

Le toucher ? En cette période de crise sanitaire, on nous recommande de nous laver les mains constamment. Par contre, interdiction de serrer d’autres mains, de s’embrasser…

Le toucher est vraiment pénalisé.

Vite, vite, débarrassons-nous du virus pour jouir pleinement de nos 5 sens.

======================================================================

06. avril 2020 · Commentaires fermés sur Un texte de Camus, un entretien · Catégories: Remedes

Envoyé par Catherine

Janvier 36

Ce jardin de l’autre côté de la fenêtre, je n’en vois que les murs. Et ces quelques feuillages où coule la lumière. Plus haut, c’est encore les feuillages. Plus haut c’est le soleil. Et de toute cette jubilation de l’air que l’on sent au-dehors, de toute cette joie épandue sur le monde, je ne perçois que des ombres de feuillages qui jouent sur les rideaux blancs.

Lire la suite...

***************************************************

et aussi ….

à écouter ou réécouter la très belle interview du rabbin Delphine Horvilleur de lundi 06 avril

_______________________________________________________________

04. avril 2020 · Commentaires fermés sur le remède pour un doux dimanche… · Catégories: Remedes

Photo, poème, texte proposés par Hubert

Tableau
Enclavé dans les rails, engraissé de scories,
Leur petit potager plaît à mes rêveries.
Le père est aiguilleur à la gare de Lyon.
Il fait honnêtement et sans rébellion
Son dur métier. Sa femme, hélas ! qui serait blonde,
Sans le sombre glacis du charbon, le seconde.
Leur enfant, ange blond éclos dans cet enfer fait de petits châteaux avec du mâchefer.
A quinze ans, il vendra des journaux, des cigares : peut-être le bonheur n’est-il que dans les gares !

Charles Cros

——————————————————————

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez, autant que possible en bons termes avec toutes les personnes. Dites doucement et clairement votre vérité. Ecoutez les autres, même les simples d’esprit et les ignorants, ils ont eux aussi leur histoire.

Evitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne : il y a toujours plus grands et plus petits que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe.

Soyez vous-même.

Surtout, n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez pas cynique en amour car, il est, en face de tout désenchantement, aussi éternel que l’herbe. Prenez avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain.

Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles. Vous avez le droit d’être ici. Et, qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devait. Quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix de votre cour. Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau.

Tachez d’être heureux.

Texte découvert  dans une église de Baltimore en 1692*d’un auteur inconnu

—————————————————————————————————–

01. avril 2020 · Commentaires fermés sur le remède de mercredi… · Catégories: Remedes

Catherine nous propose ce texte de Arièle Butaux :

Je vous écris d’une ville coupée du monde. Nous vivons ici dans une parfaite solitude qui n’est pas le vide. Nous prêtons chaque jour un peu moins attention à ce que nous ne pouvons plus faire car Venise, en ces jours singuliers, nous ramène à l’essentiel. . La nature a repris le dessus. L’eau des canaux est redevenue claire et poissonneuse. Des milliers d’oiseaux se sont installés en ville et le ciel, limpide, n’est plus éraflé par le passage des avions. Dans les rues, à l’heure de la spesa, les vénitiens sont de nouveau chez eux, entre eux. Ils observent les distances, se parlent de loin mais il semble que se ressoude ces jours-ci une communauté bienveillante que l’on avait crue à jamais diluée dans le vacarme des déferlements touristiques.

Le tourisme, beaucoup l’ont voulu, ont cru en vivre, ont tout misé sur lui jusqu’à ce que la manne se retourne contre eux, leur échappe pour passer entre des mains plus cupides et plus grandes, faisant de leur paradis un enfer. Venise, en ces jours singuliers, m’apparaît comme une métaphore de notre monde. Nous étions embarqués dans un train furieux que nous ne pouvions plus arrêter alors que nous étions si nombreux à crever de ne pouvoir en descendre !

À vouloir autre chose que toutes les merveilles qu’elle avait déjà à leur offrir, les hommes étaient en train de détruire Venise. À confondre l’essentiel et le futile, à ne plus savoir regarder la beauté du monde, l’humanité était en train de courir à sa perte. Je fais le pari que, lorsque nous pourrons de nouveau sortir de nos maisons, aucun vénitien ne souhaitera retrouver la Venise d’avant. Et j’espère de tout mon cœur que, lorsque le danger sera passé, nous serons nombreux sur cette Terre à refuser de réduire nos existences à des fuites en avant. Nous sommes ce soir des millions à ignorer quand nous retrouverons notre liberté de mouvement. Soyons des millions à prendre la liberté de rêver un autre monde. Nous avons devant nous des semaines, peut-être des mois pour réfléchir à ce qui compte vraiment, à ce qui nous rend heureux. La nuit tombe sur la Sérénissime. Le silence est absolu. Cela suffit pour l’instant à mon bonheur.
Andrà tutto bene.

______________________________________________________________________

30. mars 2020 · Commentaires fermés sur En compagnie de Boris Vian… · Catégories: Remedes

L’atelier « Lecture à Haute voix » découvre cette année avec plaisir le grand Boris Vian
(nous venons de commémorer le centenaire de sa naissance).

Élizabeth s’est laissée inspirer…

« La vie ça tient de diverses choses » même des pires
« la vie c’est plein d’intérêt » même mortifère
« Il peut se faire que l’on meure
Même ça peut très bien se faire
Mais pourtant ça n’y change rien »
on s’accroche, on résiste, et on se demande « pourquoi que je vis? »
et on découvre la réponse simple et naturelle : « parce que c’est joli »!!

« Je voudrais pas crever avant d’avoir connu »:
à nouveau l’éclosion du printemps et sa myriade de couleurs et d’odeurs,
la caresse du vent frais sur mon visage

« Je ne voudrais pas crever sans savoir »
si le monde est sorti transformé de son confinement
si le chant d’un oiseau
si l’odeur de l’herbe fraîche
si le rire d’un enfant
si le sourire d’un inconnu
nous réjouit le cœur
« et il y a aussi » tous ceux que je connais
tous ceux que j’apprécie
« tout ce que je sais qui me plaît »

« je voudrais pas crever sans qu’on ait inventé »
la compassion, la fraternité, l’humilité, la paix

« je voudrais pas crever avant d’avoir goûté la saveur
… de la Vie

« Y’a du soleil dans la rue
J’aime le soleil mais j’aime pas » le coronavirus !
« alors je reste chez moi
en attendant que le monde vienne » régénéré
« le soleil reviendra bientôt »

« car l’soleil
de l’autre côté du monde
danse une valse blonde
l’soleil
fait le tour de la terre
et revient sans s’en faire » 

et les rues se rempliront de « travail et de bruit
Alors moi »
JE RESTE CHEZ MOI !!!!

______________________________________________________________

À écouter de beaux mots venus de Suisse : « EUX ILS SOIGNENT »

_______________________________________________________________________

27. mars 2020 · Commentaires fermés sur le remède du jour… · Catégories: Remedes

Proposé par Nadine

Le printemps de Jacques Prévert (extrait)

Grand Bal de Printemps
la musique de son nom
à toutes les lèvres est suspendue
Comme un jardin perdu qu’on vient de retrouver
encore plus beau qu’avant
Et encore plus vivant

Grand Bal de Printemps
Cet air court les ruisseaux et les rues de la ville
c’est le refrain du sang de ses veines populaires
le sang de ses plus vraies artères

============================================

26. mars 2020 · Commentaires fermés sur Pour se distraire, méditer, faire plaisir… · Catégories: Remedes

François Cheng n’en finit pas de nous offrir la joie, la sérénité…

Quatrains extraits de « Enfin le royaume »

La lumière n’est belle qu’incarnée, à travers
un vitrail ou le verre d’une bouteille de vin…
Consentons donc au sort d’être un œil fini
Qui se fait reflet de l’Éclat infini.

Les crapauds ont craché sur la lune,
Les corbeaux ont dévoré la lune,
L’araignée seule a défait refait
La tortueuse toile du songe nocturne.

Un iris,
et tout le créé justifié ;
Un regard,
et justifiée toute la vie.
≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Un peu d’humour aussi ça peut pas faire de mal
Extraits de « Joconde jusqu’à cent » d’Hervé le Tellier
(233 points de vue sur la Joconde, une sorte d’hommage aux Exercices de style de Queneau)

le point de vue du petit annonceur :

Tu es montée mardi dernier vers midi dans le bus 84 au parc Monceau, direction Luxembourg. Tu es brune, tu étais habillée tout en noir avec un foulard posé sur tes cheveux. Tu avais un sourire indéfinissable. Si tu lis Libé, appelle-moi. J’avais un chapeau mou à galon tressé et je me suis assis en face de toi. Rappelle-toi, je me suis disputé avec un abruti qui me marchait sur les pieds.

Écris au journal, qui transmettra. Léo (LV1503).

le point de vue du répondeur téléphonique :

Bonjour, monsieur. Vous ne me connaissez pas, mais moi, je connais fort bien la petite brune, 25 ans, un grain de beauté sous le sein droit, qui vient de vous laisser un message. C’est Mona, ma femme. Comment  j’ai obtenu votre numéro ? Oh, c’est très simple, je viens de rentrer, elle n’était pas là, et j’ai appuyé sur la bouche Bis de mon téléphone. Je suis tombé sur votre message en français, suivi de celui en italien, avec la voix de ma femme. Enfin, quand je dis ma femme… Apparemment, c’est aussi la vôtre.
Si nous nous rencontrions tous les trois, histoire de faire le point ?

le point de vue du penseur :

– À quoi tu penses ?
– Je pense que tu es comme la Joconde. T’as toujours l’air de regarder le paysage qui se trouve en fait derrière toi.

========================================================

À bientôt ne manquez pas de nous envoyez vos idées, vos textes, vos trouvailles pour alimenter cette rubrique
_____________________________________________________________

24. mars 2020 · Commentaires fermés sur des échos du 20 … · Catégories: Remedes

Offert par Anne-Marie S.

20 mars 2020

Explosion du printemps
Un virus microscopique
Met nos sociétés en déroute.

Explosion du printemps
Explosion de nos façons de vivre
Remises en cause.

Explosion du printemps
Rester chez soi
L’imagination sort de sa retraite

Explosion du printemps
Confinement
La nature reprend ses droits.

Anne-Marie

=============================================

Proposé par Ruth :

Mais que ce dieu Mars cette année est menaçant ! Il nous dit :
« Vous autres humains arrogants, on vous donne prairies fleuries, mers, sables et soleil, cimes enneigées, paysages envoûtants, rivières joyeuses, forêts profondes et généreuses et vous ne faites que les dédaigner pour partir toujours toujours plus loin amonceler, brutaliser sans compter, sans respecter, sans aimer, sans soigner cette nature terre et aussi le ciel désormais ! Égoïstes à en perdre haleine, vous m’avez appelé et je suis venu, moi le dieu de la guerre, MARS ! « 

=============================================

21. mars 2020 · Commentaires fermés sur C’est encore le printemps des poètes… · Catégories: Remedes

Nous vous proposons une nouvelle rubrique qui nous permet de rester en lien,
de prendre soin les uns des autres en partageant ici
des mots, des poèmes, des photos, des lectures, des réflexions ou simplement des liens, des astuces qui éclaireront d’amitié les jours à venir…

Envoyez à Agnès ou Marie vos textes, documents, idées… pour alimenter notre rubrique

——————————————————————————

LE COURAGE

Le feu chargé de mots
s’arrête sur la page
déchire l’intérieur
révèle le trop plein
la pâleur du sens
qui s’impose
rugir féroce
ou se fondre
incertaine
peur de se perdre
grimper aux arbres
pour un autre chemin

Anne-Marie Bernad

≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅

If your Nerve, deny you –
Go above your Nerve

Si ton Courage te fait défaut
Va au-delà de ton courage.

Emily Dickinson

≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅

———————————-———————————-

RACHETER L’OBSCUR

Je mise sur ces barques
Échappant aux moiteurs

Cet élan de l’éclair

Hors du complot des brumes

Ces nœuds de l’ombre
Dissous par la parole

Cette volée d’étincelles
Surgie des labyrinthes

Ces lucarnes trouant l’opaque
Ces lunes rachetant l’obscur

Je mise sur ces clartés
Profondes et périssables

Sur l’intense face au terne
Sur l’aube face aux déclins.

Andrée Chedid

≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅≅

Et une petite chanson pour se réjouir le cœur… ICI